Archive

Archive for the ‘portfolio’ Category

TD4, création de sa base d’interactions (réseau communautaire) entre pairs

Ce billet est la suite du billet sur le PLE. Ces deux billets étant le résultat de la scission d’un billet antérieur qui s’adressait alors aux CLASSIQUE. Il est à destination des deux groupes.

Le personnal learning environment est donc à la croisée entre une base de connaissances, une base d’interactions et une base d’acquisition d’informations.

Les médias sociaux nous permettent aujourd’hui de construire cette base d’interactions qui double l’architecture fonctionnelle. Le travail de chacun consiste alors à repérer pour chaque espace utilisé, et dans son contexte propre, selon les usages de ces espaces, les profils intéressants et à s’y abonner.

Mais la logique de chaque espace n’est pas celle de l’usager. Chaque media social vise à se constituer une place de marché captive qui va interagir en interne.

Tout le travail désormais est de dépasser les finalités des plateformes pour créer de l’interaction et ainsi créer une communauté. Au delà cela signifie sur le web ou dans la vraie vie, au delà signifie également que l’interaction va déboucher sur des productions en commun, qu’ils s’agissent pour un projet ou pour le développement de sa pratique professionnelle.


Publicités

TD4, architecture de son personnal learning environment (maj – 2e édition)

Ce billet est une deuxième édition qui revient sur le travail effectué avec les ALT. Il est à relire également pour les CLASSIQUE car je l’ai refondu.

Avec le TD sur Diigo et le bookmarking social, on va également voir l’architecture à mettre en place.

Le titre de ce billet le dit par lui-même, dans cette architecture nous mettons en avant trois choses :

– la collecte d’informations répondant à une problématique identifiée et nous sommes classiquement dans la veille

– la gestion de son identité numérique en centralisant autour du blog l’ensemble des données que nous publions en tant qu’auteur

– l’apprentissage, c’est à dire la transformation de l’information collectée en connaissances opérationnelles (observables dans les tâches effectuées) ou culturelle (c’est à dire l’ensemble de notre background).

Architecture car il va s’agir de relier, soit au niveau des API ((le fichier xmlrpc de wordpress), soit au niveau des widgets (twitter pour wordpress ou pour netvibes) l’ensemble des applications utilisées afin d’y faire circuler le flux d’informations.

Cette architecture « technique » se double d’une architecture d’apprentissage. Les outils permettent d’interagir, soit avec des contenus principalement, soit avec des profils principalement, sachant qu’il n’y a pas de distinctions nettes entre les deux.

Les actions qui nous permettent d’apprendre sont finalement assez proche des apprentissages classiques, du copier-coller, de la glose, de la reformulation, de la production de connaissances nouvelles qui soient à la corisée entre le débat avec soi-même, le débat avec le texte, le débat avec les pairs.

UN Personnal learning envronnment revient donc à interconnecter, à animer et à interagir avec :

– une base de connaissances existante, c’est à dire un savoir formel préexistant (connaissances explicites et base de données),

– une base d’interaction à construire et à entretenir  qui va être son propre réseau communautaire

– une base d’acquisition d’informations qui est le système d’information de chacun, ce qu’improprement on appelle veille

Et au centre l’individu qui incarne ce système avec ses connaissances informelles, ses connaissances plus ou moins intimes (liens forts, liens faibles) et/ou plus ou moins sociales et enfin ses capteurs sensoriels. Ce système n’est que la réification (vous avez qu’à chercher la définition), l’externalisation et l’industrialisation de processus humains classiques

– réification, car il s’agit de processus qui ne sont plus tacite et incarné dans la personne et qui deviennent visible à tous

– externalisation, je vous renvoie à l’excellente vidéo de Michel Serres à l’INRIA

– industrialisation car, désormais tout devient à une échelle qui n’est plus individuelle mais mondiale.

Blog et recherche d’emplois

Catégories :employabilité, portfolio

Usage des portfolio et employabilité

février 28, 2010 2 commentaires

Je vous copie colle une réponse d’un forum sur les e-portfolio signé Philippe Gauthier qui à mon avis donne bien la mesure de l’intérêt de gérer un portfolio qui soit dynamique (et non un simple document de soi) et qui utilise plusieurs espaces numériques et medias sociaux. Ce billet est vraiment à méditer dans le contexte de notre cours.

Pour vous répondre, voici un exemple (anonyme, car pris dans un contexte de recherche ou la confidentialité est exigée) :
Je viens d’interviewer une collègue, ancienne élève (qui a construit et publié son e-portoflio, et anime aujourd’hui des hubs connus dans les réseaux sociaux). Pour faire court, elle me confirme :
– que la construction du e-portfolio est un processus réflexif qui lui a permis de prendre conscience de son « capital compétences », mais aussi de le mettre en valeur sur un e-portfolio (qui a reçu environ 4000 visites en 2 ans).
– que son e-portfolio lui a, a plusieurs reprises, servi à distinguer sa candidature (face à la concurrence) avant, pendant et après les recrutements.
– que ses activités sociales et ses contributions sur les réseaux sociaux (5 réseaux, avec animation de 6 hubs totalisant 5 à 6000 membres) lui ont été d’autan plus aisées et facile qu’elle avait confiance en elle-même (sentiment de compétences facilitant le contact avec les autres, y compris dans la période interminable de recherche d’emploi).
– qu’aujourd’hui en emploi, ses réseaux lui servent directement à rendre service à de nombreux collègues, clients, partenaires, mieux que quiconque ne pourrait le faire.
– que ces activités sociales la sécurise quant à sa prochaine évolution / transition professionnelle (elle est en CDD), car elle se sent reconnue et appréciée pour ses contributions
– que ces rencontres sur les réseaux sociaux lui facilite la création de nouveaux liens avec des responsables et autres personnages importants, intouchables autrement.
– qu’indéniablement, la construction et l’exploitation dans les réseaux sociaux de son e-portfolio, l’on confortée dans son identité professionnelle, avec sa composante identité numérique, bien qu’elle n’ait pas « la grosse tête » ni d’ambitions particulières, sinon de vivre pleinement une vie professionnelle riche et intéressante.

A mon sens, cette personne utilise son e-portfolio et ses activités sur les réseaux sociaux numériques comme support de démonstration d’employabilité et de navigation professionnelle (Apprentissage, partage, échanges, création d’opportunités, orientation selon ses axes d’évolution recherchés), compris comme un processus continu, permanent, que l’on soit en emploi ou en recherche d’emploi ou de mission.

Je crois que cet exemple, inimaginable il y a 10 ans, alors que les outils du Web 2.0 n’existaient pas, confirme les potentialités que peut porter l’usage social du e-portfolio définit comme outil de singularisation et de valorisation des compétences dans des univers professionnels choisis et au service d’un projet professionnel et/ou citoyen.

Catégories :portfolio

Tenir un blog et entrée en relation

février 9, 2010 Laisser un commentaire

Les étudiants du groupe CLASSIQUE ont commencé le travail de blogging/identité active. Le premier billet demandé est d’écrire sur une activité qui a apporté du plaisir. On ne gagne pas seulement de l’argent (salaire) à travailler mais aussi de la relation, de la reconnaissance, du plaisir du travail bien fait (comme on dit). Arriver à faire partager ce plaisir, c’est se montrer en acte et c’est montrer sa motivation sur une tâche et permettre à autrui de voir comment s’exprime cette motivation.

Blogger c’est donc dans un premier temps proposer du contenu de qualité à destination d’un public potentiel de pairs et d’experts de son domaine. Et c’est dans le même temps travailler à toucher ce public. Pour cela deux moyens :

– les moteurs de recherche et c’est tout le travail de référencement et d’explicitation des connaissances par le langage (termes monosémiques, partagés, à forte charge sémantique…) C’est tout l’intérêt du réemploi de ce vocabulaire professionnel.

– Le plus vieux système de communication du monde : le bouche à oreille via un réseau. Et bien entendu, ici, ce qui est visé c’est une communication horizontale devenue la base du monde de l’hypertexte.

Pour viser ce second objectif, il convient de rechercher d’abord ceux qui me sont proches, les autres étudiants.  Cette visualisation peut se faire via un netvibes qui va mettre en avant une vision communautaire des blogs ds étudiants. Le deuxième critère de communautarisation (terme pas très joli dans ce contexte)  est le commentaire. L’objectif du commentaire est toujours d’apporter une plus value au blog sur lequel on commente (enrichir l’autre) en même temps que de se faire connaître/reconnaître en tant que lecteur/auteur. Le texte, le contenu quel qu’il soit servant alors de noeud d’échanges entre deux profils.

Dans un second temps, c’est tout l’enjeu d’une veille information, profil, mots clés. Repérer des profils, se faire connaître, commenter, utiliser d’autre média (comme twitter par exemple). L’objectif est de rencontrer des mêmes (pairs), des proches (géographie), des experts du domaine. Le tout étant de toujours garder comme objectif l’amélioration personnelle en continu.

Catégories :portfolio, veille

Ecrire pour le web

février 1, 2010 Laisser un commentaire

Diaporama réalisé par Luc Legeay

Catégories :portfolio

Une page Netvibes

janvier 26, 2010 Laisser un commentaire

Netvibes est une page personnalisable, en mode saas, qui permet d’avoir sur le web un ensemble d’applications et de ressources accessible à partir d’un lieu unique.

Le principe de ces pages est de pouvoir déposer ces applications et ces ressources encapsulées sous formes de widgets.

Netvibes proposent des pages privées et une page publique dont les objectifs peuvent être différents.

Quelques utilisations possibles :

en mode privé

– agrégateur de flux rss

– page ressources sur une thématiques

– page pour centraliser ses applications

– trompe filtrage internet (sisi, c’est possible) pour passer outre les grands méchants DSI

– tableau de bord de projet à usage individuel

– …

en mode publique

– travail partagé en mode projet

– portails de ressources publiques

– outil de réputation web

– outil d’identité numérique

– …